home accès à l’extranet newsletter search
Découvrir Lac de l'Ailette

Chapelle Sainte-Berthe

Information / Réservation

Située sur un site dominant la vallée de l´Ailette, cette chapelle, entièrement en moellon d'appareillage irrégulier et pierre de taille aux chaînages harpés, possède une nef unique éclairée au chevet par une baie cintrée et deux oculi. Le pignon débordant en façade est surmonté d'une croix sommitale. La plaque de marbre placée au-dessus du portail cintré indique : "Chapelle Sainte-Berthe du 12e siècle brûlée en 1814, rebâtie en 1871 détruite en 1918, reconstruite en 1927". Une deuxième plaque en marbre précise la destination de l'édifice : "Chapelle Sainte-Berthe, Sépulture Leduc-Binet".

D'après Paul Vignier, la chapelle Sainte-Berthe, construite au 12e siècle, attirait de nombreux pèlerins, le lundi de Pâques, en raison de la présence d'une fontaine miraculeuse qui passait pour guérir la fièvre. Les religieuses du couvent de Blangy-en-Artois, où la sainte fut enterrée, durent se retirer devant une invasion normande. Le corps fut d'abord emporté en Allemagne en 895, puis rapatrié en France. Cette translation fut signalée par plusieurs miracles. Le petit oratoire fut alors construit sous l'influence d'un archevêque de Reims dans son domaine de Saint-Martin à Filain. La chapelle était située à l'entrée de la ferme qui semble avoir été abandonnée au moment de la Révolution. De style ogival entièrement construite en pierre du pays dite banc royal sur des fondations en moellon, elle était couverte en ardoise. Les colonnes intérieures ainsi que l'autel étaient en pierre dure. La voûte d'arêtes était en chêne, la poussée des murs latéraux contenue par des contreforts. La porte d'entrée était à deux vantaux en chêne assemblés avec pentures forgées. Les vitraux de couleur présentaient le Baptême du Christ, la Sainte Vierge et la Sainte Famille. Le caveau de la famille était composé de plusieurs cases à gradins successifs surmontées d'une dalle en pierre. L'édifice, brûlé une première fois en 1814 par les Cosaques, fut rebâti en 1871 grâce à l´investissement du fermier de la Royère. Après 1870, il était totalement délabré : la famille Leduc, propriétaire de la ferme, le releva et les pèlerinages du lundi de Pâques purent reprendre. Détruite une seconde fois lors des conflits de la Première Guerre mondiale, elle fut reconstruite sur le même emplacement en 1927. En 1928, Monseigneur Mennechet, evêque de Soissons, bénit l´édifice, édifié par les soins de Madame veuve Leduc. Une bataille fut donnée non loin de là le 23 octobre 1917 en direction de Filain par les soldats du 283e R. I. ; la plaque honorant ce fait de guerre fut inaugurée le 21 juin 1931 par les survivants de ce régiment ainsi que par la famille de P. Leduc et tous les habitants du village.